La compagnie aérienne Air Méditerranée en liquidation judiciaire (Soinnejuris n°65244) .
11/04/2016N. BORTKO

Aucun repreneur ne s’étant manifesté, le Tribunal de Commerce de Tarbes a finalement prononcé ce lundi 15 février 2016 la liquidation judiciaire de la compagnie aérienne Air Méditerranée lors d’une audience destinée à se prononcer sur son éventuelle reprise.

Connu pour être intervenu dans le dossier Spanghero, entreprise accusée de vente frauduleuse de viande de cheval en 2013, Maître Christian Caviglioli, administrateur judiciaire, est en charge de l’affaire. Ce dernier devra rembourser les billets achetés pour les réservations des vols à partir du 16 février.

En effet, le soir même de la liquidation, 130 passagers se sont trouvés immobilisés sans aucune solution à l'aéroport parisien Roissy-Charles de Gaulle, après l'annulation d'un vol à destination de Tarbes, siège de la société. L’article L.133-17 II du Code Monétaire et Financier devrait permettre aux autres voyageurs de faire opposition à leur paiement s’ils ont peur de ne pas être remboursé « dans les meilleurs délais ».

 Le redressement judiciaire devait permettre à Air Méditerranée de poursuivre son activité tout en négociant avec de potentiels repreneurs. Malheureusement, la prolongation de la période d’observation n’a pas suffi à trouver un repreneur crédible.

Ils étaient pourtant deux à s’être manifestés.

Mais, ces derniers n’avaient semble-t-il pas les financements suffisants permettant de continuer l’activité. Il faut dire que le projet était estimé à plus de 8 millions d’euros. L'un des deux repreneurs potentiels, l'homme d'affaires algérien Ali Haddad, proche du président Abdelaziz Bouteflika, n’aurait pas conduit son offre jusqu’au bout.

L'autre resté en lice, un ancien pilote, Antoine Bru, qui avait tenté de remonter AOM/Air Liberté dans les années 90, n'avait tout simplement pas le financement nécessaire.

C’est en raison de cet échec que "l'administration judiciaire a demandé la mise en liquidation, appuyée par le Procureur", a souligné le Président du Tribunal, Jean Baseilhac.

Air Méditerranée emploie actuellement 220 salariés et il serait intéressant de voir comment se déroulera la procédure de reclassement lorsque l’on sait les heures difficiles que connaissent les compagnies aériennes. En effet, pas moins de 5 compagnies aériennes ont connu le même sort funeste en 2015 (Estonian Air AS, Air Lituanica, Eurolot, Ten Airways SRL, Cyprus Airways).

Share on FacebookShare on TwitterShare on LinkedIn