La crise du prêt-à-porter avec le redressement judiciaire d’ANTIK BATIK.
12/05/2016N. BORTKO

Représentée sur les marches cannoises depuis 2006, la marque acquiert une renommée internationale en seulement 12 années d’existence. Elle est aujourd’hui distribuée dans plus de 1000 points de vente dans le monde aussi bien en Europe qu’au Moyen-Orient, dans des magasins en propre ou de grandes enseignes telles Les Galeries Lafayette ou encore Le bon marché.

Mais, l’enseigne voit son chiffre d’affaires fondre progressivement entre 2011 et 2014, passant de 11 à 5,8 millions d’euros. La marque de prêt-à-porter a dès lors du être placée en redressement judiciaire le 4 avril dernier par le Tribunal de commerce de PARIS. La date de cessation des paiements a été fixée le 23 mars 2016. Une période d’observation de 6 mois a été ouverte. Celle-ci devrait permettre à l’entreprise, avec l’aide de Maître Carole Martinez, administrateur judiciaire, de trouver un nouvel investisseur pour se développer et supporter une masse salariale devenue trop lourde et une vision artisanale difficile à gérer aujourd’hui.

Pour surmonter ses difficultés, ANTIK BATIK a décidé de collaborer avec MONOPRIX. Cette collection réalisée de façon équitable, en faisant appel à la coopérative Creative Handicrafts, devrait doper les ventes selon Gabriella CORTESE. La collection sortira le 25 mai prochain. 

Share on FacebookShare on TwitterShare on LinkedIn