La librairie Richer à Angers, la fin des libraires indépendants ?
08/11/2016S. BAUDENS (Etudiant en Master 2 Droit Comptable et Financier). (Université catholique de Lille)

Administrateur judiciaire :   

Maître Carole Martine

 3 Boulevard du Maréchal Foch

CS 80057

49055 ANGERS Cedex 2

 

Mandataire judiciaire :        

Maître Eric Margottin

11 rue Jean Bodin

BP 80502

49105  ANGERS CEDEX 2

                                              

En pleine rentrée littéraire, la librairie Richer accuse des difficultés économiques. En effet, l’institution angevine de la Rue Chaperonnière, fondée en 1870, a sollicité le placement en procédure de redressement judiciaire. Cette boutique n’est pas un simple petit commerce de province employant une vingtaine de personnes. Il s’agit d’une des plus importantes libraires françaises indépendantes de ces dernières décennies, avec ses quelques 80.000 références.

L’ensemble des librairies indépendantes connu ces dernières années des difficultés économiques. Le secteur du livre est en berne en raison de l’accroissement des ventes par internet. Est-ce pour autant la fin de l’indépendance dans ce secteur ? Il semblerait que la réponse à cette question soit négative puisque ces librairies représentent encore 22% du marché du livre (part de marché stable) alors que la vente sur internet représentent 20% du marché et autant pour les ventes des grandes surfaces spécialisées.

Licencié en 2015, l’ancien Directeur considère que les difficultés de cette société ne sont pas contextuelles mais organisationnelles. En proposant 80.000 références, il apparaît aisément que le besoin de trésorerie lié aux stocks puisse fragiliser l’activité. D’ailleurs, avant d’être remercié, Antoine BOUSSIN avait licencié 4 salariés. Monsieur Richer souhaitait ainsi stabiliser les résultats et adapter le nombre d’employés aux besoins réels de l’activité, dans le but de transmettre une entreprise saine.

L’objectif, à moitié tu, du petit fils du créateur, âgé de 65 ans, est de vendre ! Ces plus proches iraient même jusqu’à croire que cette demande de procédure collective servirait à forcer la main des intéressés qui hésitent encore à acheter.

Constatant malgré tout un état de cessation des paiements de la société, le Tribunal de Commerce d’Angers a ouvert le redressement judiciaire de la librairie le 1er septembre 2016. Plusieurs potentiels acquéreurs se sont fait connaître et le Tribunal de céans a prolongé la période d’observation le 19 octobre, pour leur permettre de déposer une offre, fixant comme date limite de dépôt des offres le 24 octobre 2016.

L’issue est positive. Après avoir étudié plusieurs offres, le Tribunal consulaire a choisi le repreneur qui présentait les meilleures conditions économiques et surtout sociales. Ainsi, depuis ce jeudi 10 novembre, minuit, la librairie est entre les mains de la société Rougier et Plé, spécialiste dans la papeterie, les beaux-arts et les arts créatifs, groupe qui compte quelques dizaines de magasins en nom propre ou franchisé, en France, sous l’enseigne Graphigro et aujourd’hui, un de plus, la librairie Richer d’Angers.

 

 

Share on FacebookShare on TwitterShare on LinkedIn