Le dernier fabricant français de jantes en aluminium AR Industries en redressement judiciaire.

14/02/2018
Chargé d'enseignement à l'Université catholique de Lille, Doctorant.
N. BORTKO
(Chargé d'enseignement à l'Université catholique de Lille, Doctorant.)

L’entreprise AR Industries découle, en 2015, du rachat en plan de cession par Thierry Morin, ancien PDG de Valeo, du fonds de commerce, de l’outil de production et du personnel de la société TM France, un des derniers fabricants en France de jantes pour automobiles.

Mais, le 15 janvier dernier, AR Industries basée à DIORS à côté de Châteauroux, connait, à son tour le même sort que son prédécesseur et, est également placée en redressement judiciaire par le Tribunal de commerce d’Orléans. Une période d’observation d’un mois a été ouverte. On peut s’étonner que le Tribunal prononce une période d’observation aussi courte. Il est plutôt d’usage de prononcer une période de 6 mois renouvelable. Ce délai court devrait quand même permettre au Tribunal de réunir tous les éléments nécessaires afin d’opter pour une nouvelle reprise ou une liquidation judiciaire pure et simple.

Un investissement de 4 millions d’euros pour la modernisation de l’outil de production n’a pas suffi à faire face au passif estimé à environ 10 millions d’euros dont un arriéré de cotisations sociales de 2,6 millions d'euros. L’entreprise dispose pourtant d’un portefeuille-client important avec notamment des poids lourds du secteur comme notamment PSA, Renault-Nissan, SEAT ou encore FIAT.

La PME emploie actuellement 390 salariés. Aucune mesure de réduction de l’effectif n’aurait encore été évoqué. Les salaires devraient d’ailleurs pouvoir être réglés pour le mois de janvier. Toutefois, l'entreprise, qui a réalisé 60 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016, produit environ 100.000 roues par mois. Il en faudrait 35% de plus pour être à l'équilibre. Nous voilà donc revenu deux ans en arrière avec un outil de travail toujours aussi vieillissant et un carnet de commandes insuffisant pour faire face aux dettes.

Share on FacebookShare on TwitterShare on LinkedIn